Marché des fourrages bios saturé

L’offre indigène de céréales fourragères bios a augmenté ces dernières années en raison de l’augmentation du nombre d’exploitations agricoles et de terres agricoles, principalement de Suisse romande. En 2018, les récoltes de toutes les céréales ont été augmentées, parfois massivement. Il y a des signes d’un approvisionnement complet en orge, en avoine et en triticale. Lors de la table ronde sur les prix indicatifs des fourrages biologiques, les producteurs et les transformateurs se sont mis d’accord sur un ajustement des prix indicatifs des céréales fourragères bourgeon et ont décidé :

  • Interdiction de commercialisation de l’orge, de l’avoine, du triticale et du seigle fourrager importés à partir du 15 juillet 2019
  • Restriction de la commercialisation des produits de transformation nationaux pour l’orge, l’avoine, le triticale et le seigle fourrager à partir de la récolte 2019
  • Rétention sur le prix indicatif

Le montant de la rétention résulte de la différence entre le prix conventionnel et le prix indicatif pour le bio. Le montant est utilisé pour le déclassement en cas d’offre excédentaire. S’il n’y a pas de déclassement, le prix d’objectif intégral sera également payé pour les produits de reconversion.

Promotion du lupin et du soja fourrager

La culture des légumineuses à grains a jusqu’à présent été soutenue par Bio Suisse avec des subventions. Avec le durcissement des directives pour l’alimentation des ruminants à partir de 2020, l’utilisation des légumineuses à grains deviendra plus importante. C’est pourquoi l’industrie a décidé de continuer à promouvoir les légumineuses à grain, mais seulement pour le lupin et le soja fourrager qu’elle recherche. Celles-ci seront désormais subventionnées à hauteur de 35 CHF/dt au lieu de 20 CHF/dt. De grandes quantités de pois protéagineux et de féveroles sont attendues, de sorte qu’il n’y aura plus de subventions pour ces légumineuses à grains.

Une retenue de 1 CHF/100 kg sera déduite du prix indicatif pour toutes les céréales fourragères indigènes. La rétention est réservée et sert à promouvoir la production de légumineuses à grains indigènes. La retenue est perçue par les centres collecteurs. En contrepartie, le prélèvement à l’importation de 4 francs par tonne sur les céréales fourragères sera supprimé.

A partir de la récolte 2019, Bio Suisse confiera à swiss granum la gestion de ses contributions industrielles liées aux produits. Les contributions sont collectées intégralement auprès des acheteurs initiaux, puis distribuées par swiss granum entre les organisations bénéficiaires.

Lien sur le communiqué de presse de Bio Suisse